· 

Il est temps de récolter les fruits du dragon

Tout au nord-ouest du pays, dans les tropiques secs à la frontière du Nicaragua, un nouveau type de culture est apparue ces dernières décennies, la Pitaya ou fruit du dragon. Cette région se prête parfaitement à cette production puisque la plante mère n’est autre qu’un cactus, et requiert donc peu d’eau. D’ailleurs, c’est peut-être en raison des chaleurs extrêmes de ces régions que ce fruit (à la chair proche de celle du kiwi) est nommé fruit du dragon.

Ainsi, à une dizaine de kilomètres de Liberia, la ville blanche, Elisa Rodriguez et Eduardo Maldonado, deux ingénieurs agronomes à la retraite, ont décidé de se lancer dans la production de ce fruit atypique. Ils ont racheté une finca qui possédait de nombreux avocatiers et ont, depuis 2014, débuté la production de fruits du dragon organiques.

 

Ainsi, sur 7,4 hectares de propriété, 1 hectare est consacré à la pitaya. Cela représente 1300 « postes », et chaque poste accueille 4 cactus. Ces postes sont ingénieusement assemblés avec un grand bout de bois (tuteur) et un vieux pneu fait office de pot commun.

 

Le fruit du dragon se récolte 3 fois par an. Chaque plante produit plusieurs fruits par récolte. Le travail de coupe est périlleux et sensible car les cactus sont très fragiles. La moindre « blessure » pourrait fortement affecter la plante. Le poids des fruits varie, et deux classes sont définies, supérieure ou inférieure à 275 grammes. Chaque année, la finca produit entre 9000 et 9500 kilos.

 

Afin de commercialiser leurs fruits du dragon, ils font un peu de publicité sur les réseaux sociaux et se rendent au marché de Liberia. Leur principal débouché reste toutefois la coopérative de Pitaya. En achetant la pitaya à entre 2 et 3$ le kilogramme, elle fait globalement vivre les producteurs de la région. La concurrence est en effet féroce sur ce marché car le voisin nicaraguayen, où le coût de la main d’œuvre est bien moins élevé qu’au Costa Rica, parvient à produire des fruits du dragon 2 à 3 fois moins chers qu’au Costa Rica.

Escribir comentario

Comentarios: 2
  • #1

    Yésica Garita Quiros (domingo, 23 agosto 2020 10:04)

    Una excelente familia costarricense y con productos de alta calidad

  • #2

    Yésica Garita Quiros (domingo, 23 agosto 2020 10:43)

    Una excelente familia costarricense y con productos de alta calidad